Gary Diderich

Fonction : Administrateur-délégué

Organisation : 4motion a.s.b.l.

Témoignage : J'ai presque grandi avec Erasmus+ et j'ai longtemps été accompagné par les programmes qui sont maintenant regroupés sous la bannière Erasmus+.

Entant que jeune de 15 ans, j'ai rencontré la personne qui faisait alors son service volontaire à la Kulturfabrik et qui demandait à son tuteur "Il n'y a pas de jeunes qui s'engagent pour leur environnement ici au Luxembourg?". C'était une des impulsions fondatrices de LIFE (www.lifeproject.lu).
À 16 ans, en collaboration avec LIFE/Jeunes et Environnement, j'ai accueilli un volontaire européen venu de l'Allemagne et nous avons participé à des échanges et des initiatives transnationaux afin d'organiser une campagne d'élèves contre le changement climatique, qui consistait en un pari avec la Commission européenne et le Premier ministre luxembourgeois Jean-Claude Juncker.
Plus tard, à travers des initiatives pour jeunes, nous avons lancé le point de rencontre et d'information "Infoladen Schréibs" à la Kulturfabrik et le média participatif "Queesch" (http://queesch.lifeproject.lu/).

Dans le cadre de mon travail auprès de 4motion a.s.b.l. (www.4motion.lu), j'ai organisé beaucoup d'échanges et de formations ainsi que des projets de partenariats stratégiques, dont une grande partie au sein du réseau européen EPTO, European Peer Training Organisation (www.epto.org).

Pour conclure, j'ai aussi personnellement fait l'expérience d'une mobilité Erasmus dans le cadre de mes études à l'Uni.lu et cela à Barcelone. Ce séjour m'a permis de passer finalement à un stade supérieur de maîtrise de la langue espagnole. Mais aussi le fait de vivre dans une grande ville où des initiatives autogérées ne sont pas rares, comme au Luxembourg, mais multiples et plus diverses, fait partie de mes souvenirs les plus chers.
Ainsi, bien que souvent assez bureaucratiques, les programmes Erasmus(+) ont pour moi personnellement ouvert beaucoup de possibilités pour apprendre et explorer au-delà des chemins classiques. Je suis heureux de pouvoir compter parmi mes meilleur(e)s ami(e)s des personnes de plusieurs pays européens, d'avoir une connaissance concrète de leurs réalités et la conviction qu'ensemble nous pouvons bouger beaucoup de choses. La poussée actuelle de l'extrême droite n'est pas une fatalité. Il y a moyen d'y oeuvrer tous les jours, pour une Europe et un monde plus solidaire et inclusive.

 

Follow us on