Myriam Mallinger

Fonction : Institutrice

Organisation : Enseignement fondamental

Témoignage : Erasmus en tant qu'étudiante.
Mon expérience Erasmus a commencé il y a dix ans déjà et a été un pas important m'amenant au travail que je fais aujourd'hui.

À l’époque, j’étais étudiante en sciences de l’éducation et ayant été confrontée au fait qu’une mobilité Erasmus faisait partie de mes études de bachelier, j’ai fait une première connaissance avec le programme.

Ensemble avec ma meilleure copine, j’ai choisi la Finlande parce qu’à ce moment-là, c'était le pays avec les meilleurs résultats dans l'étude PISA. L’année précédente, j’avais aussi fait connaissance d’une jeune institutrice finlandaise qui m’avait raconté avec passion les détails de son travail dans l’enseignement finnois et ainsi je savais que leurs méthodes d'enseignement différaient beaucoup des techniques utilisées au Luxembourg et cela avait déclenché ma curiosité.

Toute l’administration et l’inscription ont été gérées par Erasmus en collaboration avec l’Université du Luxembourg, ce qui a facilité l’organisation. Erasmus possède un grand réseau d’organisations dans beaucoup de pays du monde et ainsi ESN Finlande (Erasmus Student Network) est devenu notre point de référence. Même l’organisation de notre appartement fut organisée par ESN.

De plus, le fait de pouvoir partir loin de mon pays natal augmentait mon envie de découvrir ce nouveau pays, si différent du Luxembourg. En effet, l'expérience a été mémorable et incomparable, entre autre étant donné que c’était la première fois que je partais loin de ma famille (heureusement accompagnée par ma meilleure copine) dans un pays avec une langue étrangère et des coutumes inconnues.

En décembre 2007, mon aventure Erasmus à Helsinki a ainsi débuté. Les premières expériences furent palpitantes et irritantes à la fois - même au supermarché je me retrouvais perdue face aux noms des marchandises.
Dans le centre-ville, beaucoup d’habitants parlent couramment l'anglais, mais dans la partie rurale où nous vivions la langue posait problème.
Heureusement un des premiers jours, ESN avait organisé un tour dans la ville, proposé par des étudiants finlandais en sciences de l’éducation qui nous ont montré la ville, les lieux importants (par exemple le bureau de déclaration de domicile ou le site de l’université) et qui nous ont appris des mots-clés en finnois.

Par la suite, nous nous sentions déjà plus à l’aise et nous pouvions faire connaissance de nos camarades de classe qui venaient du Portugal, de la Norvège, du Brésil, de la Slovénie, de la Suède, de la Belgique, et de la Finlande bien évidemment.
Pendant les cours, on apprenait à la fois les manières d’enseignement finlandais et des autres pays. Les études consistaient en des visites d’écoles, de cours universitaires, notamment sur l’histoire de l’éducation, et en un stage dans une école précoce.
Surtout la visite dans une école d’éducation spéciale a été émouvante.
Un cours de médias, qui nous a montré l’utilisation d’un logiciel d’enseignement, est devenu une base importante pour mes projets eTwinning que j’allais élaborer plus tard.
Le stage de deux semaines était particulièrement intéressant, comme les élèves ne parlaient que finnois. Cela était un défi particulier comme nous avons dû organiser une activité nous-mêmes. Notre patronne de stage nous a laissé interagir de façon autonome et nous avons développé des techniques de langage non-verbal dont nous nous servons jusqu’à ce jour.

Mais l’expérience la plus précieuse de mon temps à Helsinki était la connaissance d'autres étudiants Erasmus avec lesquels une amitié intense s'est établie et avec lesquels je suis restée en contact même après mon retour à la maison. L’ESN organisait une fois par semaine des rencontres dans différents locaux traditionnels. Là, j’ai rencontré aussi des étudiants d’autres facultés et je ne me sentais plus jamais seule. L’ESN m’a vraiment aidé à trouver des connections avec d’autres étudiants et à favoriser l’échange. L'organisation supplémentaire de voyages culturels en Russie, en Estonie ou en Laponie à des prix raisonnables, nous a permis de vivre des aventures guidées supplémentaires.Les étudiants étaient assurés et protégés par un programme d’organisation sérieux et n’essayaient pas d’organiser des excursions dans ces pays par eux-mêmes.

Rétrospectivement, je peux dire que mon séjour Erasmus en Finlande m’a changée. Je ne me suis non seulement développée dans mon milieu d’apprentissage, mais j’ai aussi été enrichie par des compétences sociales, de communication et bien sûr langagières.


Erasmus en tant qu'enseignante.
Malheureusement, j’ai dû découvrir lors des premières années dans l’enseignement que la réalité scolaire au Luxembourg et les idéologies finlandaises étaient difficiles à combiner. Le plan d’études, la quantité de la matière et la pression par autrui, m’ont fait croire que l’utilisation de nouvelles technologies me ferait perdre trop de temps utile. Mon enseignement est par la suite devenu plutôt traditionnel et peu motivant.

Enfin, en 2013, j'ai entendu parler du programme « eTwinning » et j’ai participé à un séminaire de contact à Freiburg.
Là, j’ai connu d’autres enseignantes exprimant le désir de changer leur quotidien scolaire et d’augmenter la motivation des élèves.

Le premier projet, auquel j’ai participé avec ma classe, portait sur le développement linguistique allemand où les élèves jouaient avec la langue en utilisant des jeux de rôles, des histoires écrites et auditives, l’interprétation de dessin ou encore le chant.
Les élèves ont écrit des histoires ensemble, se sont échangé et ont ainsi bâti une relation amicale très précieuse et intense. Trois écoles y ont participé - du Luxembourg, de l’Allemagne et de la Belgique -, et je suis fière de mentionner qu’on nous a remis à la fois les labels de qualité national et européen et le projet a été lauréat du prix national pour le meilleur projet 2013.

Comme le succès de notre premier projet était tellement énorme, ma classe voulait absolument continuer la participation à un projet qui représentait pour eux un si grand plaisir.
Le contexte de la classe offrait une grande diversité culturelle avec beaucoup d’élèves venant de nombreux pays différents, et ainsi une grande motivation et un élan inattendu se manifestaient dans le désir de partager leur savoir et talent hétérogènes et multiculturels.
C'est ainsi qu'on souhaitait connaître plus en détail les traditions et coutumes de leurs pays d’origine et ceux de l’autre classe. Par conséquent, chaque classe faisait une courte présentation du pays d’origine d’un élève, tout en y intégrant, par exemple, un jeu ou une énigme. Cette manière de procéder a aidé les élèves à faire connaissance avec de nouveaux pays.
Afin de personnaliser le projet, deux nounours ont pu vivre des aventures dans les pays respectifs, visitant les lieux les plus connus ou mangeant les plats nationaux préférés.

Le grand moment du projet consistait en la visite de la classe partenaire à Cologne. Après tant de mois de contact virtuel, les enfants ont pu voir les visages derrière l’écran et ont vécu un séjour inoubliable.

En 2016 et 2017 suivirent deux projets qui étaient de nouveau plus littéraires et axés sur différentes formes de texte et leur élaboration créative. Mon favori personnel était le travail sur « Le Petit Prince » d’Antoine de Saint Exupéry, un livre tellement précieux mais hautement métaphorique. Le défi de transmettre la fragilité, la réflexion profonde et la fascination du petit prince m’a aidé à découvrir le texte d’une autre façon moi-même et à apprécier à la fois sa simplicité infantile et sa complexité pensive. Voyant les élèves tout émus en lisant le dernier chapitre, j’ai pu faire partie d’une expérience d’une sensibilité unique.

Pour conclure, je peux dire qu’Erasmus est présent dans ma vie depuis longtemps et m’a donné la possibilité de faire de nombreuses découvertes et expériences en tant qu’étudiante et enseignante - des découvertes culturelles, amicales et linguistiques, ainsi que des expériences personnelles, qui m’ont rendue bouche bée, m'ont émue et que je ne regretterais jamais. Je suis convaincue que ces expériences ont défini les pas que j’ai faits depuis lors et influenceront ceux que je ferai dans l’avenir.
À mes élèves, j’ai montré à travers les projets eTwinning que la persévérance et la motivation peuvent aboutir à quelque chose de merveilleux et je suis sûre que la plupart d’entre eux se souviendront avec plaisir des projets comme étant des travaux intenses et créatifs qui les ont aidés à développer une complicité et une amitié avec les camarades de classe. Eux aussi ont pu découvrir de nouveaux mondes, de nouveaux défis, et de nouveaux individus qui sont devenus des compagnons précieux.

 

Follow us on